mocassin vert d'o

 

Parfois je me demande si ce blog me ressemble vraiment. Je me demande s'il représente réellement ce à quoi je pense, ce qui fait ma personne, mes intérêts. Et la réponse est non. Ce blog n'est pas tout à fait moi, il est une part infime de moi, presque déformée, extrapolée.

Je me demande alors pourquoi je le continue, si je suis sincère, si je ne ferais pas mieux de lui donner une autre "ligne éditoriale" plus proche de ma personnalité. 

J'aime faire ces dessins, dessiner une petite Lili rousse à laquelle je me suis attachée, la vêtir de vêtements que je ne me payerais jamais, ou à la rigueur dont je trouverais un erzats, faire fonctionner mon imagination pour lui inventer des habits jamais vus nulle part ailleurs et que j'adorerais savoir me coudre (et avoir le temps de me coudre aussi). Dessiner Lili me fait rêver un peu, me détend aussi. Lorsque je saisi ma palette graphique je ne pense plus au monde qui m'entoure, uniquement à ce que je vais représenter, quelque chose d'esthétique à mes yeux. Je n'ai pas à réfléchir à un article, à ce dont je vais parler (ou alors très rarement).

Et c'est là que j'ai peur de me mentir. Je ne peux pas aspirer à un monde beau et oublier que quelque part, pas très loin de chez moi des personnes n'ont pas droit à cette beauté. Je ne peux pas admirer la richesse des collections des grands couturiers alors que certains n'arrivent pas à se payer une paire de jean.

J'ai lle sentiment de culpabiliser, l'impression qu'il faudrait que je puisse parler de l'actualité, des sujets dont on entend peu parler et qui pourtant existe dans le monde. J'ai l'impression que ce blog n'a pas de poids, d'utilité, si ce n'est un défouloire pour moi. J'ai l'impression qu'il est futile, et pourtant nous avons besoin parfois de futilité.

Alors voila, finalement j'ai accepté de voir ce blog comme une futilité de ma personne, quelque chose qui ne fait pas oublier la misère, mais qui apporte un peu de douceur (je l'espère), quelque chose qui plaît à certaines, qui leur donne des idées...

Les débats et l'observation du monde tel qu'il est réellement sont donc pour l'instant relayés au cercle privé.